Dans ma salle de bain : Olivia

J’ai fait un défrisage à 10 ans

car ma mère ne supportait plus de m’entendre crier à chaque fois qu’elle me coiffait. C’est vrai qu’on ne connaissait pas autant de techniques. A l’époque, elle utilisait les marques Activilong et Pink, les produits roses qui existent depuis des années…

Après le défrisage, j’ai commencé à coiffer mes cheveux crépus toute seule. Je ne prenais pas spécialement soin de mes cheveux mais j’allais une fois par mois faire des soins chez le coiffeur. J’avais une bonne longueur jusqu’à mon départ en Métropole à 18 ans. J’ai gardé les même produits, je faisais des couleurs comme d’habitude sauf que cette fois ci, mes cheveux se sont cassés. L’eau est plus calcaire en Métropole, c’est peut être pour ça. 

J’achetais de temps en temps de l’eau minérale pour mes shampoings mais j’étais étudiante et… j’avais la flemme… C’est quand même beaucoup plus simple de passer sous le jet quand on se douche. 

Olivia porte des tresses sur ses cheveux crépus

C’est à ce moment que j’ai décidé d’arrêter le défrisage.

Je n’ai pas été très patiente. J’ai mis des mèches puis j’ai coupé petit à petit. Au delà de l’état de mes cheveux, c’est vraiment le phénomène de mode qui a enclenché le déclic. J’ai vu le potentiel et tout ce qu’on pouvait faire avec le cheveu crépu sur les réseaux sociaux. Même si je n’en ai pas le souvenir, ma mère me disait que lorsque j’étais petite, j’avais de beaux cheveux. 

Je n’ai pas eu d’appréhension pour passer au naturel même si ça n’a pas été facile et ce n’est toujours pas évident tous les jours. Un jour, je les aime, je suis contente mais je n’en profite pas vraiment. Je fais tout le temps des queues de cheval ou des vanilles. J’ai l’impression que je profitais beaucoup plus de mes cheveux lorsqu’ils étaient défrisés. 

Nous sommes trois soeurs et je pense que j’ai fait un complexe par rapport à leurs cheveux, plus frisés. J’ai les cheveux très fins et je trouve qu’ils poussent lentement. J’essaie de faire un maximum de coiffures protectrices mais après avoir constaté une petite chute de cheveux, j’ai réduit mon utilisation des mèches.
Je regarde des vidéos sur Youtube mais je n’arrive jamais à reproduire ce que je vois. Pourtant, ces filles existent et elles sont réelles.

J’essaie plusieurs types de coiffure mais déjà que je fais jeune, je n’ai pas encore trouvé de coiffures simples qui me conviennent. Parfois, je trouve que c’est quand même plus simple le défrisage mais je ne pense pas y revenir pour autant.

L’entretien de mes cheveux crépus 

Mes racines sont crépus, mes extrémités bouclent et j’ai plusieurs textures. Je n’ai pas encore trouvé le produit parfait. Je n'arrive pas à les contrôler. J'aimerais trouver un produit qui alourdisse suffisamment mes cheveux pour conserver la boucle.

Je suis rentrée en Guadeloupe depuis quelques temps et j’utilise exclusivement la marque Mango Butter, du shampoing à la crème coiffante. J’aime beaucoup ces produits même si l’après shampoing a tendance à laisser mes cheveux secs. Pour compenser, j’utilise en fonction de mes envies des huiles de ricin, jojoba et de l’huile de coco que ma grand mère fabrique.

Je fais un shampoing une fois par semaine. Tous les matins, je vaporise mes cheveux avec de l’eau parfois avec de l’huile, d’autre non. J’alterne, ça dépend de l’état de mes cheveux. Maintenant, j’apprends à m’attarder un peu plus sur mon cuir chevelu car mes cheveux sont très fins. 

Quel est ton rapport à tes cheveux aujourd'hui ?

Mon rapport à mes cheveux naturels reste mitigé. Un jour, je les aime et je suis contente mais parfois, je me dis que revenir au naturel pour faire des queues de cheval n'est pas vraiment le but. Lorsque je les défrisais, je les lâchais, je faisais des tresses et... J'en profitais. Je sais que la queue de cheval représente la facilité mais je ne souhaite pas pour autant défriser mes cheveux de nouveaux.

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés